Il n’est plus possible de s’inscrire à ce colloque, qui est complet. Des enregistrements seront postés ultérieurement sur ce même site

Les productions de l’industrie chimique sont partout dans notre vie quotidienne, depuis les objets usuels jusqu’aux technologies sophistiquées sur lesquelles repose notre économie. Un smartphone, un ordinateur, un déodorant, un médicament, un vêtement, une bouteille d’eau ont tous le point commun de faire intervenir des productions de divers secteurs de la chimie.

Jamais dans l’histoire de l’humanité autant de composés chimiques différents n’ont été commercialisés et mis en circulation. La variété de ces nouvelles substances ne va pas sans susciter des inquiétudes, que l’on songe par exemple aux débats sur l’usage des nano-substances ou sur les effets des perturbateurs endocriniens. D’un autre côté, identifier le « chimique » à l’« artificiel » et au « dangereux » par opposition au « naturel » et à « l’inoffensif » ne va pas de soi. Notre corps lui-même n’est-il pas une vraie usine chimique ?

L’évolution des pratiques vers une chimie verte ou responsable constitue aussi l’une des grandes tendances de la chimie actuelle, dont il importe de mieux comprendre les principes et les contraintes. Ainsi, la présence multiforme de la chimie est tantôt méconnue et invisible, tantôt source de craintes en rapport avec des risques eux aussi mal connus. Comment gérer ces nouveaux risques ? Quelles sont les opportunités de la chimie de demain ?

Cette journée se propose de présenter différentes facettes de ce dossier. Comme toujours pour les séminaires Prigogine - Penser la science, l’approche sera interdisciplinaire et empreinte de dialogue. Loin d’ignorer les controverses nous tenterons au contraire de jeter sur celles-ci un regard informé et de les mettre en perspective. Des spécialistes belges et internationaux aideront à comprendre certaines dimensions d’un secteur déterminant pour notre économie, notre santé et notre environnement.

En préparation au colloque, nous avons mené une enquête en ligne afin de nous informer de votre perception des activités de la chimie, de votre connaissance générale des objets de la chimie et de l’opinion que vous aimeriez faire passer à ce sujet. La participation à cette enquête est clôturée. Les résultats seront présentés lors du colloque, puis publiés sur ce site.

Programme :


20 octobre 2017

 
08h30
Accueil et enregistrement
 
Présidente de séance : Catherine Bouland – Professeure à l’Ecole de Santé Publique de l’Université Libre de Bruxelles
 
09h00
Introduction
Muriel Moser – Doyenne de la Faculté des Sciences, Université Libre de Bruxelles
 
09h15
Émergence de la chimie industrielle et économicisation de la nature (1750-1850)
Jean-Baptiste Fressoz – Chargé de recherche au CNRS, Centre Alexandre Koyré, Paris
 
09h45
Méthodes, objets et enjeux de la chimie contemporaine
Jean-Pierre Llored – Visiting scholar au département d’histoire et de philosophie des sciences (Université de Cambridge, Royaume-Uni) et au Linacre College (Université d’Oxford, Royaume-Uni) et Chercheur associé au laboratoire Sphère (UMR 7219, CNRS-Université Paris Diderot) et au laboratoire LIED (UMR 8236, CNRS-Université Paris Diderot)
 
10h15
Débat avec la salle
 
10h45
Pause café
 
11h15
Réflexions d’un chimiste industriel sur le rôle de la matière dans l’économie future
Léopold Demiddeleer – Directeur du Développement en Europe de l’Institut de Technologie de Géorgie "Georgia Tech" (Atlanta-USA) et Président honoraire de l’European Industrial Research Management Association
 
11h45
Transition vers la chimie biosourcée : promesses et difficultés
Franck Dumeignil – Professeur des Universités, Directeur de l’Unité de Catalyse et Chimie du Solide, Université de Lille
 
12h15
Débat avec la salle
 
12h45
Repas
 
Présidente de séance : Claudine Buess – Professeure au Département de chimie de l’Université Libre de Bruxelles
 
14h00
Présentation des résultats de l’enquête sur la perception de la chimie réalisée par les organisateurs en préparation du colloque
 
14h15
Les stratégies de communication sur les sujets sensibles, le cas de l’industrie chimique
Thierry Libaert – Professeur des universités, Collaborateur scientifique à l’Institut Langage et Communication (Université catholique de Louvain) et Chercheur associé à la chaire de relations publiques et communication marketing de l’Université du Québec à Montréal
 
14h45
Débat avec la salle
 
15h15
Risques pour la santé publique : quels rôles pour l’industrie ?
Alfred Bernard – Directeur de recherche FNRS, Professeur à l’Université Catholique de Louvain
 
15h45
Débat avec la salle
 
16h00
Pause café
 
16h15
Débat : La chimie Stop ou encore ? A quelles conditions ?
François Reniers (Professeur de chimie à l’ULB & et Vice-Président de Greenwin), Martine Röhl (SPF Santé publique), Alfred Bernard, Léopold Demiddeleer et Franck Dumeignil
Animateur : Christian Dubrulle – journaliste (sous réserve)
 
17h15
Conclusions par les organisateurs
Cécile Moucheron – Professeure au Département de chimie de l’Université Libre de Bruxelles
 
17h30
Verre de l’amitié
 

Lieu et plan d’accès :


 

Inscription :


Comité scientifique et organisateur du colloque :


  • Kenneth Bertrams (Histoire des sciences)
  • Catherine Bouland (Santé publique)
  • Claudine Buess (Chimie)
  • Marek Hudon (Gestion)
  • Cécile Moucheron (Chimie)
  • Benoit Timmermans (Philosophie)
  • Edwin Zaccai (Environnement)

A propos du séminaire Ilya Prigogine :


Les séminaires Ilya Prigogine « Penser la science » sont organisés par l’Université Libre de Bruxelles afin de promouvoir échanges et débats appelés à nourrir une culture des sciences – de toutes les sciences, dans leur diversité vivante.

Ils s’adressent aux étudiants, aux chercheurs, aux enseignants et à toutes les personnes concernées par les rapports des savoirs - tout particulièrement les enseignants et futurs enseignants du secondaire et les doctorants, au seuil d’une carrière dédiée à la science.

Ils portent le nom d’Ilya Prigogine, afin d’honorer la mémoire de celui qui ne fut pas seulement un grand physicien et un grand chimiste mais aussi un homme de culture, dont l’œuvre a été irriguée par le souci de la cohérence de nos savoirs et par l’exigence qu’ils créent un véritable dialogue avec le monde qu’ils cherchent à décrire.
Les séminaires visent à coupler l’information sur les questions et les enjeux des sciences contemporaines, à une réflexion sur leurs rapports, leurs convergences et leurs divergences. Ainsi, chaque personnalité invitée présente la démarche propre de sa science, sur un mode qui en éclaire la spécificité par rapport à un thème commun défini chaque année.

Il s’agit donc de « penser la science » à partir de contrastes forts, faisant ressortir les reliefs du paysage des pratiques scientifiques contemporaines.